AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» La métamatière et le peuple
Mar 29 Aoû - 8:06 par Claude De Bortoli

» Anniversaire
Mer 7 Juin - 17:36 par Fougère

» NIFFF - Jojo's & Takeshi Miike
Mer 7 Juin - 17:32 par Fougère

» Je me souviens.
Mer 7 Juin - 17:30 par Fougère

» Elsa ou Marie Haldiman ?
Dim 16 Avr - 21:47 par Sam sama

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 8 Avr - 11:58 par akatsuki-planta

» Ceci est mon jeu
Lun 14 Nov - 23:53 par illusion

» La métamatière, les élites et les gouvernants
Jeu 10 Nov - 16:23 par akatsuki-planta

» Les Manga et artbook/guidbook que Aka prete ou vend
Dim 26 Juin - 12:16 par pansa

Partenaires

Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
yume

avatar


MessageSujet: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 12:24

Voilà voilà, comme vous êtes plusieurs a me demander quelques écrits, alors je me lance.

Je vais commencer par un écrit que j'ai fait il y a quelques temps, qui est sur mon blog ( oui parce qu'il y a beaucoup d'écrits de ma part sur mon blog ).

Ce texte parle de l'enfer, comme quoi, celui-ci ne serait pas un enfer chaud, mais un enfer froid...




Et si l'enfer était gelé ?



S'il n'était en réalité qu'une étendue de sculptures de glaces, de fleurs endormies pour milles ans, de gouttes d'eau figées pour l'éternité suspendues à de longues parois silencieuses ?

Si en réalité, l'enfer n'était pas ce qu'on croyait, mais justement le contraire.

Que lorsque notre cœur s'éteignait, notre corps se refroidissait tel cette île glacée aux miroitantes réalités.

Un univers auquel on ne s'attend pas, un monde fascinant aux multiples visages.

Une face de nuit, ténébreuse et séduisante, une autre d'or et d'argent, faisant rêver plus d'un.

Pourquoi la nuit fait-elle tant de victimes ?

Ceux qui la craignent frissonnes, tremblent, elles ont peur.

De sueurs froides traversent leur corps, frigorifiant leurs cœurs et rendant leurs yeux vitreux, mais pourtant agrandis par la peur.

Une peur dévorante et paralysante.

La reine de ce monde étrange et pourtant séduisant, s'appelle la nuit.

C'est elle, la reine noire qui y règne.

Cette reine imbue d'elle-même, et pourtant si belle...beaucoup aimeraient la toucher, l'effleurer, juste un instant.

Mais ceux qui s'y risque, qui tendent la main, se retrouverons ajoutées a la collection de sculpture de neige, étincelants dans la sombre obscurité, où souvent le temps s'arrête, et là ou les cœurs cessent de battre.


Et voilà, je sais, ce texte est un peu étrange, mais je trouve que pour débuter, il est parfait.
J'attends vos avis ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drunkenmaster

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:07

Très joli texte, bravo. J'aime beaucoup ^^'

Je ne suis pas un pro en texte, poème et trucs comme ça mais je le trouve très bien !

Encore bravo^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:09

han merci ! ça fait toujours plaisir de savoir que mes textes plaisent >.<

J'en mettrais d'autre à l'occas. Mais en ce qui concerne mes histoires, je n'en mettrais qu'une infime partie parce qu'elles ont beaucoup beaucoup de pages x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drunkenmaster

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:12

J'm'en réjouit ! ^^

Et pour tes histoires, la lecture ne fait pas le mal ! (ça dépend des écrits, après xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:14

looool, bah écoute, disons que c'est....beaucoup de pages T-T' mais limite j'essayerais d'en mettre une pas trop longue =x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drunkenmaster

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:16

Ouais, j'espère Twisted Evil

C'est clair qu'écrire 20 pages au clavier... c'est ce qu'il a de plus fun à faire ! x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:19

J'ai fait pire que 20 pages...disons que mon histoire complète fait plus de 500 pages Laughing et encore je ne l'ai même pas terminée, mais celle-ci je ne mettrais qu'un bout d'une histoire annexe d'un personnage que j'aime beaucoup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drunkenmaster

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:20

Woah bah t'as de l'inspiration, toi ! je dis chapeau !^^
J'm'imaginais pas autant xD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 13:33

Merci ^-^

ça fait un long moment que je bosse dessus et je fais des concours pour devenir écrivain donc bon =x mais comme ça me passionne je passe du temps dessus ^^

Récemment j'ai participé a un concours où je devais écrire une histoire érotique xD j'ai pas été retenue mais j'ai appris pas mal de choses vu que c'est une prof qui me corrigeait x) elle fait quoi...a peu près 8 pages, jpeux la mettre si vous voulez u_u non..? bon d'accord je sors XD

Non mais je vise a peu près tout ce que je peux viser cest a dire...tous les genre =x
J'avais fait une histoire policière mais elle fait 18 pages u_u fin c'est a vous de voir, pas trop envie non plus de mettre de longues longues pages ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Votre Carrefour©

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 16:34

Waaa ! L'histoire érotique je la laisse aux autres si y a pas de dessin Very Happy (ok. Plu jamais ça...) Mais l'histoire policière Jveu la lire ! Et tu veu pas mettre l'adresse de ton blog si y'a plusieurs écrits dessus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 16:51

Ouais si ça t'intéresse ^^

Dans ce cas, je vous copie mon histoire. Vous me direz ce que vous en pensez parce que l'intrigue sérieux, j'ai galéré pour la trouver.

J'ai commencé à l'écrire quand j'avais 9 ans et pour finir, je l'ai terminée afin de participer a un concours.


Déjà mon blog > http://haru-yume.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 18:15

Bon eh bien, comme promis, je vous laisse ici mon histoire qui se déroulera en deux parties vu qu'elle est assez longue. Voici donc la première partie.

Bonne lecture ( et bon courage ^^' )

Au-delà des apparences


C’était un jour de fête et Sébastien Manchester était heureux. Il était entouré de sa famille et de ses amis, tout ce qu’il y avait de plus normal. Un serveur, qui apportait un plateau sur lequel se trouvait plusieurs petits verres de whisky, proposant aux invités un apéritif, qu’y avait-t-il de mal à cela ? Les invités prenaient un verre pour le porter à leurs lèvres, loin de se douter qu’un piège machiavélique venait de se mettre en marche.
Sébastien dansait, mais l’enivrante chaleur de la pièce lui asséchait la gorge. Il saisit un verre rempli d’alcool, fit mine de le boire et le déposa finalement sur une table abandonnée, pour se rendre aux toilettes. Lorsqu’il revint, tout le monde dansait, rien n’avait bougé. Toujours assoiffé, il prit le verre et bu son contenu. Il retourna danser, quand, soudain, une douleur aiguë le prit à la gorge. Mais c’était trop tard, il était en train de mourir. Avant de sombrer dans l’inconscience, une pensée surgit dans son esprit : « du cyanure ». Puis, ce fut le noir complet.
Tout le monde s’attroupa autour de lui ; Sébastien Manchester était mort assassiné.

Quinze ans plus tard

Jessica inspira profondément en enfilant son corset.
- Enfin, c’est terminé, soupira-t-elle.
La jeune femme qui l’aidait à s’habiller gloussa et lui tendit le bouquet de fleurs.
- Prends-le, tu en auras besoin.
Un homme aux traits asiatiques, âgé d’une vingtaine d’années, pénétra dans la pièce.
- Vous êtes prêtes ? demanda-t-il.
- Mana, qu’est-ce que tu fais ici ? tu ne devais pas être avec Baptiste ?
L’Asiatique haussa les épaules.
- Je croyais qu’il était avec vous.
La jolie rousse secoua la tête.
- Non, et puis d’ailleurs, tout le monde sait que ça porte malheur si le futur marié voit sa femme avant le mariage, dit Elie.
- Elie, tout cela n’est que superstition. En tout cas, tu es très belle, Jessica.

La future mariée sourit.
Jessica était splendide avec ses boucles brunes tombant en cascade sur ses épaules, ses yeux vert émeraude et son sourire pétillant.
Elle avait vingt-deux ans et était étudiante en médecine. La jeune fille qui l’accompagnait, Elie, était la sœur de Baptiste. A dix-huit ans, elle était en terminale. Les deux filles étaient très proches et c’était pour cette raison que Jessica l’avait choisie comme témoin.
Elie se pencha et souleva la traîne de Jessica.

- Allons-y, ils nous attendent.
Lorsqu’ils sortirent de la chambre, ils furent accueillis par le père de Baptiste.
- Ah, enfin vous voilà, dépêchez-vous, Baptiste est déjà devant la chapelle.
Nicolas était le père de Baptiste. C’était un très bel homme de trente-sept ans. Il était avocat de profession. Ensemble, ils avancèrent jusqu'à l’autel et Jessica rougit lorsque son regard rencontra celui de Baptiste.
Celui-ci lui prit délicatement la main. Elle se plaça à côté de lui.
Le mariage se déroulait dans une grande villa où se trouvait une chapelle privée. Elle avait été construite par la famille de Jessica qui était très pieuse.
Le prêtre prononça la bénédiction habituelle, puis les jeunes mariés échangèrent leur consentement.
Toute la famille applaudit et des larmes perlèrent au coin des yeux de la mariée lorsqu’elle embrassa son mari pour la première fois en tant qu’épouse.
Ensuite elle s’installa devant les invités, et lança son bouquet dans la foule.

- Je l’ai ! s’exclama une vieille femme avec un large sourire aux lèvres.
Baptiste pouffa et la prit dans ses bras.
- Alors, mamie, quand aurons-nous le plaisir d’assister à votre second mariage ?
- Ne sois pas pressé, je suis déjà tellement fière d’être à celui de mon cher petit-fils. Quant à toi, Jessica, félicitations, te voilà devenue une Manchester ! Bienvenue dans la famille.
-
La mariée hocha la tête.
La vieille femme s’appelait Fernande. Elle était âgée de quatre-vingt-deux ans. C’était la grand-mère de Baptiste.

Soudain, le public retint son souffle, car la mère de Jessica apporta la pièce montée et la posa sur la table.
Tout le monde se rapprocha et Baptiste découpa une part qu’il partagea avec sa femme.

- C’est triste que Juliette ne puisse pas être avec nous, dit Nicolas aux parents de Jessica, Carrie et Jacques.
- Je suis certaine qu’elle aurait été fière de votre fils, murmura Carrie.
-
Un peu plus loin, Mana était en pleine discussion avec Elie. Celle-ci buvait littéralement ses paroles, comme si elle ne voulait pas en perdre une seule goutte.
Mana était le meilleur ami de Jessica. Ils se connaissaient depuis leur enfance et avaient partagé beaucoup de choses, des joies, comme des peines.
Depuis toujours, la jeune femme avait un petit faible pour lui, mais n’avait jamais osé le lui avouer.
Jacques, le père de Jessica, entreprit de distribuer aux invités des verres de champagne, puis se mit face à eux en faisant tinter sa coupe de cristal.

- Votre attention, s’il vous plaît. Je tiens à transmettre à Baptiste et Jessica mes meilleurs vœux. Soyez heureux et faites-nous vite des petits-fils !
Les invités rirent de bon cœur, puis levèrent leur coupe à leur tour.
Jamais Jessica n’avait été aussi enchantée que ce jour là.
Ils festoyèrent pendant quelques heures, puis, vint le moment où Baptiste et Jessica voulurent se rendre à l’hôtel.
Nicolas les emmena vers l’entrée de la villa, un sourire aux lèvres.

- Suivez-moi, j’ai une petite surprise pour vous.
- Ah ?
Tous trois se rendirent près du garage et les jeunes mariés ouvrirent de grands yeux lorsqu’ils découvrirent la voiture que leur offrait le père de Baptiste.
- Merci beaucoup, murmura Jessica en passant sa main sur le capot, elle est vraiment magnifique.
- Mais ne me remercie pas, voyons, il fallait bien que je vous offre un petit quelque chose !
- Tu n’aurais pas dû papa, protesta son fils.
- Allez, montez, vous devez filer maintenant, une belle nuit vous attend, dit-il en souriant et en leur faisant un clin d’œil.
-
Les deux jeunes adultes montèrent à bord de l’auto sous le regard pétillant du père.
Ils passèrent devant leur famille en la saluant de la main et se dirigèrent vers la sortie.

- C’est vraiment gentil de la part de ton père, son cadeau.
Baptiste ne répondit pas et fronça les sourcils.
- Chéri, tu m’écoutes ?
- Dis moi, tu n’entends pas un drôle de bruit ?
La jeune femme se tut et tendit l’oreille.
- Hé bien, il y a un léger bourdonnement, oui, pourquoi ?
L’homme se mordit la lèvre inférieure, et soudain, la voiture eut un sursaut et Baptiste freina.
- Mais, pourquoi tu t’arrêtes ?
- Je veux juste vérifier quelque chose.
-
Il descendit et fit le tour du véhicule. Il leva le capot, le visage toujours inquiet, puis finit par se pencher sous l’auto.

- Baptiste, mais qu’est-ce que tu fabriques ?
Jessica descendit à son tour, en soulevant sa robe avec soin.
Son mari se redressa, et se tourna vers elle, l’air blême.
- Cours, murmura-t-il presque imperceptiblement.
- Quoi ?
- COURS !

Il la saisit par le bras et l’entraîna dans sa course.
Lorsqu’ils furent à vingt mètres de là, un bruit d’explosion retentit et le souffle de celle-ci les plaqua au sol.
La jeune femme poussa un hurlement.
Les invités, qui n’étaient pas très loin, se précipitèrent vers eux.

- Oh, mon dieu, mais...que se passe-t-il ? s’exclama Elie avec une voix étranglée.
- Jessica ! cria Mana en s’élançant vers elle. Est-ce que tout va bien ? réponds-moi !
- Je…ça peut aller, bafouilla-t-elle.
- Par mes aïeux ! s’étrangla Fernande.
Les parents de Jessica ne dirent pas un mot, et aidèrent leur fille à se relever.
- Vous n’avez rien ?
- Non, ça va, grimaça Baptiste.
Le père de celui-ci attrapa son fils par le bras.
- Baptiste, qu’est-il arrivé ?
Le jeune homme se frotta les tempes.
- Hé bien, nous étions encore dans le jardin de la villa, nous approchant de la sortie, et j’ai entendu un drôle de bruit…il y avait une bombe posée sous la voiture.
Le visage de Nicolas perdit immédiatement ses couleurs et il semblait tomber des nues.
- Je…je ne comprends pas.
Mamie Fernande s’interposa entre eux.
- On se calme, je vous propose de retourner dans la villa. Ça ne sert à rien de rester dehors, et puis, ta femme est sous le choc. Vous parlerez là-bas.
-
Père et fils acquiescèrent et tout le monde se dirigea vers la maison.
Mana détailla l’expression du visage de Jessica et lui serra légèrement le bras.
Lorsqu’ils arrivèrent à l’intérieur, il l’aida à s’asseoir.

- Ne bouge pas, je vais faire du thé.
- Je viens avec toi, s’écria Elie en le suivant.
Carrie et Jacques s’assirent à côté de leur fille, mamie Fernande lâcha un soupir et Nicolas fit les cent pas dans la pièce.
- Ce silence est pesant, prononça Baptiste.
A ce moment, la lumière s’éteignit d’un seul coup.
- Qui a éteint la lumière ? soupira Jessica.
- Euh…il y a une coupure générale de courant, je crois, dit Mana avec une voix hésitante.
- Tu es où ? demanda Jessica
- Bah, à côté de la cuisine et il y a…AIE.
Un bruit de chaise l’interrompit et Mana étouffa un juron.
- Ça va ? s’inquiéta la mariée.
- Oui, oui, ne t’inquiète pas.
- Ça commence à devenir lourd, cette histoire, grinça mamie Fernande.
- Désolée, mâchouilla la mariée.
- Ce n’est pas de ta faute, prononça Carrie, tu ne pouvais pas te douter de ce qui allait se passer.
- Baptiste ?
Personne ne lui répondit.
- Baptiste ? réponds-moi !
Silence…
Jessica attrapa le bras de sa mère.
- Maman, pourquoi ne répond-il pas ?

Brusquement, des cris déchirèrent l’obscurité et un bruit de coups se fit entendre.
Tout le monde se leva dans le brouhaha général et la lumière revint, laissant apparaître le triste spectacle qu'offrait la famille.

- Enfin, cette satanée lumière est de retour, railla Jacques.
Jessica regarda autour d’elle ; Baptiste avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 18:17

Deuxième partie
( finalement il y aura plusieurs partie ça rentre pas en deux fois xD )

- Où est-il ? où est mon mari ?! insista la jeune mariée.
- Du calme Jess, dit Mana en s’approchant d’elle.
- JE VEUX SAVOIR OÙ EST MON MARI ! hurla la jeune femme, le corps parcouru de spasmes.

Les invités se dévisagèrent, mais aucun ne prononça une seule parole.
La belle brune fondit en larmes.

- C'est un cauchemar, sanglota-t-elle, pourquoi moi ? pourquoi maintenant ?
Ses parents la prirent dans leurs bras en silence.
- Chuuut, du calme, ma belle, cajola Mana.
- Dire que…dire que…
Elie s'introduisit à son tour dans la pièce, le regard agrandi par la peur.
- J'ai entendu des cris, qu'est-ce qui se passe ? lança-t-elle d'une voix tremblante.
- Hé bien…commença Mana.
- Ton frère a disparu, confia Nicolas.
Le visage de la jeune fille devint blême et elle vacilla.
- Non…ce n'est pas possible…vous…Baptiste ? Baptiste ?
- Moi, je vous propose qu'on se divise en groupe pour chercher Baptiste, commença Carrie en regardant Elie.
- Carrie, Mana, avec moi, décida Nicolas, Elie, mamie, Jessica et Jacques, vous irez ensemble. Nous, nous inspecterons cet étage, quant à vous, vous examinerez le premier. Quelqu'un a-t-il une montre ?
- Moi, affirma Elie en s'avançant.
- Parfait, retrouvons-nous dans une demi-heure à la cuisine.

Tout le monde hocha la tête, puis ils se séparèrent.
Elie attira Jessica à elle, puis lui tint le bras. Mamie Fernande se mit en marche, Jacques à ses côtés.

- Ça ne vous dérange pas, vous, que votre femme ne soit pas dans votre groupe ?
L'homme fronça les sourcils.
- Je ne vois pas en quoi ce serait dérangeant.
- Généralement, les couples n'aiment pas se séparer et…
- Dites, ne pensez-vous pas que le moment est mal choisi mémé ? soupira Elie.
- Par quelle pièce commence-t-on ? demanda Jessica d'une voix blanche.

Le petit groupe s'arrêta devant la pièce qui avait servi à habiller la mariée.
Ils entrèrent un à un, en regardant méticuleusement autour d'eux.

- Vous pensez qu'on le retrouvera ? murmura Elie, secouée de tremblements.
- Mais oui, il n'y a pas à s'en faire, répondit Jacques en se demandant s'il devait vraiment le croire.
Mamie Fernande s'approcha furtivement du canapé, en plissant ses petits yeux ridés.
- Il n'y a rien ici.
Un nouveau spasme secoua le corps de Jessica et celle-ci manqua de tomber au sol, retenue de justesse par Elie.
- Il faut garder espoir, affirma Jacques, nous ne sommes pas les seuls à chercher, peut-être que les autres auront une piste. Allez, venez, ne traînons pas ici, il y a d'autres pièces que nous devons aller inspecter.
Il tourna les talons, les autres à sa suite. Ils visitèrent la salle de bain, les autres chambres, les toilettes, et même la terrasse, mais sans résultat. Les minutes s'écoulaient, et Jessica commençait à perdre espoir, malgré les encouragements de ses proches. Son mari n'était plus là, et c'était la pire chose qui pouvait lui arriver.
Ils retournèrent donc dans la cuisine où les autres les attendaient.

- Alors ? demanda Elie, pleine d’espoir.
Nicolas secoua vainement la tête.
- Rien, murmura-t-il.
Jessica enfouit sa tête dans les bras de sa mère. Celle-ci lui caressa longuement les cheveux.
Mamie Fernande avait l’air troublé. La bouche pincée, elle se caressait le menton en marmonnant des « mmmh » et des « oui, je vois ».
Celle-ci attisait la curiosité des autres convives qui se jetaient des regards interrogateurs, sans pour autant oser poser de questions.

- A quoi pensez-vous ? demanda Mana, en posant sa main sur l’épaule de la vieille femme.
- Hé bien…je me disais, enfin, ce n’est qu’une supposition, mais tout ce qui se passe est très étrange. D’après moi, tout ceci est un coup monté, quelqu’un en veut à la famille.

Les autres se regardèrent et l’atmosphère se refroidit.
D’un seul coup, personne ne dit un seul mot. Tous réfléchissaient.

- Mais…qui peut bien en vouloir à la famille toute entière ? questionna Elie.
La grand-mère secoua la tête.
- Je n’en sais rien, mais vu ce qui arrive…c’est trop énorme pour être simplement une coïncidence.
- Mamie Fernande a raison, approuva Nicolas, il se trame quelque chose.
- Si c’est le cas, qui aurait bien pu avoir cette idée ? murmura Mana. A bien y réfléchir, il n’y a pas de raison concrète qui puisse pousser l’un de nous à faire une telle chose.
- Ce n’est pas faux, adhéra Jacques, mais, personne ne sait tout de la vie des gens qui l’entourent, il est donc possible que quelqu’un cherche à nous nuire.
- En une vie entière, il nous est même difficile, voire impossible de tout connaître de la personne qui partage notre quotidien, affirma Elie.
Jessica passa sa main sur son visage, afin d’ôter les larmes qui y coulaient.
- Quoi qu’il se passe, je voudrais simplement retrouver mon mari. S’il n’avait pas été là, j’aurais pu mourir.
Carrie étouffa un cri.
- Mais oui, c’est ça !
- Ma chérie ?
- Jacques…enfin…écoutez, il y a eu cet accident, vous vous souvenez ? et bien si c’est le cas, vous savez sans doute qui a eu l’idée de l’offrir à nos jeunes mariés.
Toutes les têtes se tournèrent vers Nicolas.
- Vous ne nous cachez rien ? n’est-ce pas Nicolas ? demanda-t-elle sur un ton légèrement narquois.
Celui-ci eut un mouvement de recul.
- Je…je ne vois pas du tout de quoi vous parlez.
- Papa ? tu aurais…non…tu n’as pas pu…
Le père déglutit et se rapprocha de sa fille.
- Elie, je vais t’expliquer, ce n’est pas ce que tu crois.
- Menteur, MENTEUR, hurla-t-elle en prenant sa tête entre ses mains.
- Mais enfin, Elie, ma chérie, calme-toi, murmura Nicolas en essayant de la raisonner.
- Tais-toi ! ça suffit, je ne veux plus rien entendre.
Carrie se plaça en face du père et le regarda d’un air sombre.
- Je suis certaine que c’est vous qui avez piégé la voiture. En effet, c’est vous qui la leur avez offerte.
- Carrie, voyons, vous vous méprenez, ce n’était pas du tout dans mon intention de…
- Prouvez-le, lança-t-elle sur un ton de défi.
Nicolas soupira puis regarda chacun, tour à tour.
- Je pense que vous savez tous quel est mon travail. Mais je vais vous le rappeler. Je suis avocat, et sans vouloir me vanter, je connais très bien ce domaine. Je sais ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. Les lois, ce sont elles qui nous régissent, et si c’était moi qui avais piégé la voiture, j’aurais été bien stupide car lorsque je l’ai achetée, elle a été enregistrée à mon nom. Dans ce cas là, s’il arrivait quoi que ce soit, la faute me retomberait automatiquement dessus. Ce n’est donc pas moi qui aurais pu faire cela. Cela vous convient-il ?
Les invités ne pipèrent mot. Enfin, tout le monde, sauf Carrie.
- Justement, non, cela ne me convient pas, je n’en n’ai pas fini avec vous.
- Encore ? mais vous me détestez ma parole, dit-il en riant nerveusement.
- Même si cela vous étonne, eh bien non, je veux simplement éclaircir tout ça. Voyez-vous, quelque chose me chicane encore. Il y a de cela quelques jours, j’ai entendu une conversation entre vous et votre fils. Ce que mes oreilles ont perçu, je ne l’ai pas trop apprécié. Vous parliez du mariage entre Baptiste et Jessica. Vous lui avez dit : « si tu l’épouses, il n’y a que des malheurs qui t’attendent, fais attention, réfléchis bien ».
-
Il y eut un nouveau silence qui balaya la pièce. Tout le monde paraissait gêné et ne savait que dire. C’est à ce moment précis, qu’un bruit fit sursauter les convives et tous se tournèrent vers la porte du salon.
Baptiste se trouvait là, sous les yeux ahuris de tout le monde, le regard fiévreux, et des gouttes de sueur perlant sur son front. Il avait l’air complètement perdu.

- Baptiste !
Jessica se précipita vers lui, et celui-ci s’effondra sur le sol, l’entraînant dans sa chute. Il suffoquait et ne savait où regarder.
- Aidez-moi au lieu de rester planter là sans rien faire, s’exclama-t-elle avec hâte.
Mana et Jacques s’élancèrent vers lui et le soutinrent chacun par un bras.
- Il faut l’allonger, il se sentira mieux après, dit Jessica d’un ton assuré.
Elle s’assit à côté de lui et lui caressa longuement le visage.
- Ça va ?
- Je…j’en sais rien, bafouilla-t-il, je ne me souviens de rien.
- Ne t’en fais pas, je vais prendre soin de toi. Tu as mal quelque part ? s’inquiéta-t-elle.
Baptiste grimaça.
- Ma tête…j’ai l’impression qu’elle va exploser.
Jessica se tourna vers les autres.
- Quelqu’un aurait une aspirine ?
- Oui, je dois en avoir sur moi, assura Elie en sortant un petit tube conique de sa poche.

La jeune femme demanda qu’on lui apporte un verre d’eau, puis plongea le comprimé dedans. Elle attendit que le liquide eu fini de dissoudre le médicament, puis glissa le verre entre les lèvres de son bien-aimé.

- Ça ira mieux dans quelques minutes, assura-t-elle. En attendant, reste allongé, tu nous as suffisamment fait peur comme ça.
Puis, elle continua à caresser amoureusement le visage de Baptiste.
- Tu as l’air d’en savoir beaucoup en médecine, ma petite, sourit Fernande, d’un air innocent.
- En effet, je suis apprentie médecin, mes études sont bientôt terminées.
- Baptiste a été drogué, avança Mana, en fixant la vieille femme, vous l’avez remarqué, je suppose.
La grand-mère acquiesça et plongea de nouveau son regard dans celui de Jessica.
- Tu aurais très bien pu le droguer. Vu tes connaissances, tu dois surement en connaître énormément sur le sujet.
- Pardon ? s’insurgea la mariée complètement paniquée, vous êtes en train de me soupçonner ?
- C’est bien ça.
La belle brune se leva, des larmes de colère perlant à ses yeux rougis par la tristesse et l’inquiétude.
- Vous voulez dire que vous m’accusez d’avoir drogué mon mari, l’homme que j’aime le plus au monde ? et pourquoi aurais-je fait cela ?
- Oh, mais je n’en sais rien, fit-elle en minaudant d’une voix douce, à vous de nous le dire.
- Vous devriez avoir honte, siffla Jessica, en tentant de maîtriser ses tremblements. J’aime Baptiste plus que quiconque ne l’aimera jamais, et vous osez prétendre que le jour de mon mariage, j’ai tenté de me débarrasser de lui ?

La jeune femme fusilla la grand-mère du regard, donnant l’impression qu’elle allait exploser d’une minute à l’autre.

- Je ne suis pas d’accord, intervint le père de Baptiste. On peut aussi avoir un doute au sujet de Mana.
Interloqué, le jeune homme ouvrit de grands yeux et dévisagea Nicolas.
- Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
- C’est pourtant simple, ça ne m’étonnerait même pas que ce soit toi qui aies piégé la voiture et drogué Baptiste, car tu aimes Jessica, n’est-ce pas ? En ruinant le mariage, et en mettant Baptiste hors d’état de nuire, tu aurais pu conquérir Jessica.
Les joues de Mana s’empourprèrent et il baissa son regard vers le sol.
Il y eut un nouveau silence embarrassé, puis Jessica s’approcha de Mana en posant sa main sur son épaule d’un air hésitant.

- C’est…c’est vrai ?
Le jeune homme leva des yeux pleins d’assurance vers Nicolas.
- Oui, je l’avoue, j’aime Jessica, mais jamais je n’aurais été aussi loin. Baptiste est un très bon ami pour moi, il compte énormément aux yeux de Jessica et je ne ferai jamais rien qui puisse attenter à son bonheur, garantit Mana en souriant amoureusement à la jeune femme.
Mamie Fernande se laissa tomber dans un canapé et soupira.
- Ça se voit qu’il dit la vérité, pourquoi persistez-vous à tenir ces propos ?
- Je fais comme vous ! se défendit Nicolas en rougissant, nous essayons de mettre la main sur l’individu qui nous a gâché la journée, rien de plus.
- Oh, je vois ça, intervint Jessica en serrant les poings, c’est vrai qu’en agressant les gens, on arrive facilement à savoir ce que l’on veut. Ça a toujours été le cas d’ailleurs.
- Du calme, gémit Baptiste. J’ai déjà tellement mal au crâne. Et puis, nous sommes en famille, nous ne devrions pas nous chercher querelle ainsi.

Tout le monde baissa la tête, puis chacun s’assit, en pensant à tout ce qui venait de se passer.
- Je vais vous révéler quelque chose, entama soudain mamie Fernande. Puisque nous en sommes aux confidences, il faut que vous sachiez. Pour votre bien à tous, et surtout pour le vôtre, Elie et Baptiste.
Frère et sœur dévisagèrent la vieille femme avec curiosité. Aucun d’eux ne savait de quoi elle allait parler, mais rien que l’idée qu’ils allaient apprendre quelque chose qu’ils auraient dû savoir, les intriguait.
Et ils n’étaient pas au bout de leur surprise. Cependant, mamie Fernande avait l’air de vouloir se soulager, son histoire devait certainement beaucoup lui peser et parler était ce dont elle avait besoin.
Les deux jeunes gens l’écoutèrent attentivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 18:18

Troisième et dernière partie



- Je vais m’adresser à tout le monde en vous racontant tout ça. Comme vous faites partie de ma famille, je vous dois bien cela. Vous disiez plus tôt qu’on ne sait jamais tout de quelqu’un. Vous aviez raison. Ce que je vais vous raconter, aucun de vous ne pouvait s’en douter. Si vous me demandez pourquoi je vous le cachais, je vous répondrai probablement que c’était pour vous protéger, mais maintenant que j’y réfléchis bien…le cacher n’aura pas été la bonne solution. Je m’excuse d’avance des conséquences que ma confession aura, car croyez-moi, ce n’est pas facile à dire et encore moins à entendre. Alors voilà…vous savez sans doute que j’avais une fille. Elle s’appelait Juliette. Elle était belle comme le jour, et gentille comme personne. Rendre service, elle aimait ça. Un jour, elle a fait la connaissance de Nicolas Manchester. Elle est plus tard devenue sa femme. Seulement, en faisant la connaissance de Nicolas, elle a aussi connu un certain Sébastien Manchester. Lorsqu’elle a épousé Nicolas, Sébastien est devenu son cousin.

En entendant ce prénom, Baptiste eut un sursaut.
- Oui…je me rappelle…maman détestait cet homme…en réalité, elle n’aimait pas vraiment la famille Manchester. Elle le cachait beaucoup…mais un jour elle me l’a dit, pensant que je dormais ou je ne sais quoi. Ça a souvent été comme ça avec maman, elle cachait ce qu’elle ressentait, par peur de faire souffrir les autres.
Mamie Fernande acquiesça et regarda Baptiste avec amour, mais aussi avec une certaine fermeté.
- Sais-tu pourquoi elle haïssait tant la famille ?
- A vrai dire, elle ne me l’a jamais dit, mais ça lui arrivait de venir dans ma chambre et de pleurer.
- Je n’ai jamais vu maman pleurer, murmura Elie d’une voix absente. Elle était toujours bien devant moi, toujours belle, à sourire et dire que tout allait bien. Pourquoi ? pourquoi pleurait-elle ?
La vieille femme reprit son air triste.
- Je sais Elie, je sais. En vérité, elle cachait un énorme secret, secret qui lui a pesé toute sa vie. Elle n’a jamais eu le courage d’en parler…sauf à sa pauvre mère. J’ai cru qu’elle allait se tuer ce jour là. Juliette avait l’air désespérée. Elle est venue me voir, plus blanche que la couleur elle-même et m’a dit qu’elle était enceinte. Je l’ai alors prise dans mes bras en lui disant que c’était merveilleux, mais elle s’est séparée de mon étreinte et m’a dit qu’elle avait eu une relation avec Sébastien. Qu’elle attendait un petit garçon.
Nicolas manqua de s’évanouir et se cramponna au canapé.
- Vous voulez dire…que toutes ces années…elle m’a menti ? mais comment...comment est-ce possible ?
- Ta femme était désespérée, Nicolas, excuse-la, elle ne voulait pas gâcher votre vie de famille.
- Donc…Nicolas…n’est pas mon père… ? déglutit Baptiste, en ayant l'air de tomber des nues.

La vieille femme secoua la tête et prit un regard triste.
A côté d'elle, Elie n'avait pas l'air de se sentir mieux. Son regard était fiévreux, et de grosses cernes soulignaient son regard cyan. De violents spasmes agitaient son corps et elle semblait à deux doigts de tomber dans le coma.
Doucement, et sans dire un mot, elle se leva.
Sa silhouette svelte donnait l'impression qu'elle sortait d'outre-tombe et sa façon de se balancer de gauche à droite ne rassurait pas plus le reste de la famille.
Nicolas se précipita vers elle, mais Elie le repoussa violemment.

- Laisse-la, ordonna mamie Fernande, elle a besoin d'être seule.
Le père regarda sa fille quitter la pièce en traînant les pieds.
Pendant quelques longues secondes, personne ne quitta la porte du salon des yeux. Ce fut lorsque Baptiste se leva brusquement, que leur attention se portèrent sur lui.
- Je vais la chercher, connaissant Elie, elle est capable de tout.
- Je viens avec toi, approuva sa femme en se levant à son tour.
Les autres esquissèrent un geste, afin de les suivre, mais les deux jeunes mariés les convainquirent de rester sur place.
- Restez là, au cas où elle reviendrait. On ne sait jamais ce qui peut se passer.
La famille acquiesça, et Jessica et Baptiste se lancèrent aux trousses de la jeune fille.
Ils ouvrirent à la hâte les portes de chaque pièce, sans oser imaginer de quoi Elie était capable.
Soudain, Jessica poussa un cri et plaqua ses mains sur sa bouche.
- ELIE ! hurla Baptiste sur un ton presque dément.
La jeune femme était sur la terrasse, en train d'enjamber la barrière qui lui permettrait de tomber dans le vide.
- ELIE DESCEND ! s'égosilla de nouveau le jeune homme.
- N'avance pas, supplia Elie, la voix étouffée par les sanglots.
- Mais enfin qu'est-ce que tu fiches ?! descends de là immédiatement !
- Non ! répondit-elle d'une voix suraiguë.

Le plus discrètement possible, Jessica s'approcha d'elle.
- Viens, ma belle, allez, on ne t’en voudra pas, c'est promis.
- Vas-t-en ! ordonna Elie en sifflant d'un air menaçant. Un seul pas de plus et je saute.

Baptiste serra les dents et se précipita vers la fille qu'il considérait comme sa sœur.

Tout se passa très vite, Elie glissa et trébucha du bord de la barrière, le jeune homme se pencha en avant et rattrapa sa main de justesse.

- Je te tiens ! allez, aide-moi à te remonter.
Elie se hissa tant bien que mal, et serra Baptiste le plus fort qu'elle le pouvait. Son cœur battait la chamade et de violents sanglots étouffaient sa voix.
Jessica se jeta dans leur bras et ils restèrent ainsi quelques longues secondes, le cœur battant.
- Il est temps de revenir au salon, murmura doucement Jessica.
Tous trois se rendirent là où les autres les attendaient, puis mamie Fernande continua son histoire.

- Je n'ai pas fini de vous avouer toute la vérité, hésita-t-elle, puis, d'une voix un peu plus sûre, elle continua son récit. Vous vous rappelez que je vous ai dit que ma fille était tombée enceinte de Sébastien ? Hé bien vous n'êtes pas au bout de vos surprises. Il y a de cela une quinzaine d'années, la famille Manchester organisait une grande fête. Sébastien était là, et moi aussi. J'y suis allée pour lui parler, car en vérité, cette grossesse a ruiné la vie de ma Juliette. Elle m'avait raconté que lorsqu'elle avait su qu'elle attendait un enfant, la première chose qu'elle avait fait avait été d'en parler à Sébastien. Or, celui-ci a très mal réagit. Il a contesté sa paternité, puis brisé les liens que Juliette avait avec ses proches. Sébastien avait détruit sa réputation avec une cruauté sans pareille. Elle était désespérée.

- Mais, comment ai-je pu ignorer tout cela ? demanda Nicolas d'une petite voix.
- Oh, votre cousin était un homme extrêmement discret. Il ne voulait pas que sa petite "surprise" soit sue par vous tout de suite. Il a fait beaucoup de chantage à Juliette, il lui a dit qu'il la traînerait en justice, qu'il raconterait qu'elle se droguait, bref, il passait son temps à l'enfoncer. Finalement, il lui a soutiré beaucoup d'argent. Lorsque j'ai été au courant de tout cela, je me suis mise dans une colère folle. C'est pour ça, que je me trouvais à la fête ce soir-là. En début de soirée, je me suis dirigée vers lui pour lui parler, mais il n'a rien voulu entendre. Je lui ai fait du chantage, et il a ri, d’un rire comme jamais je n’en n'avais entendu. Il avait quelque chose de malsain. Alors, j'ai attendu qu'il aille aux toilettes, et j'ai glissé dans son verre de whisky une dose de cyanure.

A ces mots, tout le monde retint son souffle, avide de connaître la suite.

- Mon but n'était pas de le tuer, reprit mamie Fernande, mais je ne connaissais pas la bonne dose, et lorsque j'ai su qu'il était mort, je suis vite partie. La police avait conclu à un suicide. Il n'y a eu aucune suite à cette histoire. Si j'ai tenu à vous raconter tout ça, c'est parce que j'en ai assez de mentir. J'ai dû supporter tout cela pendant ces nombreuses années…puis j'ai aussi dû vivre avec l'accident de ma fille…ça fait tellement mal…

Sa voix se brisa et ses yeux se remplirent de larmes. Elle se tourna ensuite vers Elie.

- Ma petite, tout ça est de ma faute, j'aurai dû vous le dire dès le départ, j'espère qu'un jour vous pourrez me le pardonner.
Elie lui lança un regard triste, puis sa tristesse laissa place à un rictus. Elle se leva et toisa la salle.
- Vous n'êtes vraiment pas très habiles, mes pauvres. C'est moi, qui ai causé tout ce que vous avez vécu aujourd'hui. Ça n'a pas été bien difficile d'ailleurs, vous êtes tellement facilement manipulables.
- Elie…? murmura Jessica d'une voix faible en essayant de poser sa main sur son épaule.
La jeune femme s'écarta.
- Ne me touche pas, siffla-t-elle sur un ton acide. Depuis que tu as mis les pieds dans la famille Manchester, que tu fréquentes Baptiste, je te déteste. Je n'ai jamais supporté que quelqu'un d'autre puisse partager la vie de mon frère.

- Mais, Elie, protesta Baptiste.
- Tais-toi ! Je n'ai pas terminé. Depuis le départ, je suis au courant que mon père n'est pas le même que celui de Baptiste. Je n'ai fait que simuler une tristesse. Il faut avouer que ce n'était pas simple, mais comme je l'ai prévu, vous avez tous mordu à l'hameçon. J'avais tout prévu : la façon dont chacun d'entre vous allait réagir, tout avait été réglé au millimètre près. Je savais que les soupçons allaient se porter d'abord sur papa, d'ailleurs, tu n'as pas été très intelligent. Et puis, qui aurait pu penser que la gentille fille à son père adoré, témoin de la femme de son frère puisse faire une chose pareille ? ça fait des années que je vous observe. Toi, Jessica, c'est surtout grâce à toi que j'ai pu faire tout cela. Laissez-moi vous expliquer. D'abord, la bombe sous la voiture : il y a quelques années, j'ai travaillé dans l'artifice, bien sûr, ils ne m'ont pas appris à fabriquer une bombe, c'est par mes propres moyens que j'ai appris. Ça n'a d'ailleurs pas toujours été facile.

La jeune fille grimaça, puis un nouveau rictus étira ses lèvres.

- Ensuite, c'est bel et bien moi qui ai drogué Baptiste. Comment ? Ce n’est pourtant pas compliqué. Je connais Jessica depuis longtemps, je sais donc pas mal de choses sur le monde de la médecine. Je me suis doutée que Jessica allait se faire soupçonner à son tour, une fille ayant des connaissances dans ce domaine n'aurait eu aucune chance de rester en dehors d'une accusation. Mana, toi, je ne voulais pas t'utiliser…mais l'occasion était trop belle. Vous n'êtes vraiment que de pauvres choses, vous me répugnez.

Baptiste se jeta sur Elie et la gifla violemment.
La jeune fille tourna un visage étonné vers lui.

- Tu me dégoûtes, lâcha-t-il en la dévisageant.
- Tout ça, je l'ai fait pour nous ! cria Elie.

Puis tout le monde se jeta sur la rouquine, afin de l'immobiliser.

- Appelez la police, dit Nicolas sur un ton las, toute cette histoire a assez duré.
Mamie Fernande acquiesça.
- Je suis entièrement d'accord.
Quelques heures plus tard, la police arriva et emporta Elie. Mamie Fernande se rendit à son tour, fatiguée d'avoir menti toutes ces années. Tous furent interrogés, puis finalement, la famille se sépara.

Quelques années plus tard, Baptiste et Jessica avaient déménagé au Japon, à Okinawa. Ils avaient eu besoin de recul, et voulaient fonder une famille. La belle brune était enceinte de sept mois d'une petite fille. Ils n'avaient pas encore trouvé de prénom, mais cela ne saurait tarder.
Tout était calme et paisible. Jamais ils n'avaient autant été heureux de leur vie.

- Elle bouge, gloussa Jessica en passant sa main sur son ventre, touche-la, tu la sens ?
Baptiste sourit et effleura le ventre de sa femme.
- Oui, c'est magnifique, j'ai tellement hâte de l'avoir dans mes bras !
- Et moi donc.
La jeune femme se pencha vers son mari et posa délicatement ses lèvres contre les siennes.
Tout à coup, quelqu'un sonna à la porte.
Baptiste déposa un dernier baiser sur le ventre de Jessica, puis se leva.
Lorsqu'il ouvrit la porte, son sang ne fit qu'un tour.
Devant lui, se tenait une femme au visage malicieux, encadré par de magnifiques cheveux d'un roux flamboyant. Celle-ci se caressait le ventre. Elle leva doucement sa tête vers Baptiste et lui sourit.
- Je suis de retour, murmura-t-elle toujours en souriant.
Comme Baptiste ne répondait pas, elle reposa sa main sur son ventre et entreprit de le caresser de nouveau.
- Chut, murmura-t-elle à l'enfant qu'elle portait, ne t'en fais pas, c'est juste papa qui se trouve devant toi.
Puis un rictus déforma le visage d'Elie.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
akatsuki-planta
Modo
Modo
avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 20:47

Bon non j'ai juste lu le premier ecrit, j'aime pas lire ce qui n'a pas d'image donc c'est deja un exploit. j'ai bien aimer mais je ne lirais pas ton histoire policire ni celles sur ton blog, car comme dit plus haut les lettres et moi ce n'est pas de l'amitié.
(mais bon rassurons nous mes pire enemi du moment sont les chifflres (ou plutot ma prof de math))

(sinon par rapport a ton texte1°
Ma vision de l'enfer n'étais pas chaude, mais celle que tu vois est chelou, a mon avis l'enfer ressemble plus a une salle de classe qu'autre chose^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 20:50

XD Merci ^^

Ne t'en fait pas c'est pas grave, mais c'est gentil = p

Moi aussi mes ennemis ce sont les chiffres ( je vais me faire détester par certains )

En ce qui concerne mon texte, j'avais juste envie d'expliquer mon point de vue comme quoi c'était peut-être possible que l'enfer soit gelé ! enfin je n'en sais rien ! chacun sa vision des choses Wink

Mais tu m'as donné ton point de vue et c'est ce que je voulais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
akatsuki-planta
Modo
Modo
avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 20:58

bon tant mieu^^.
mais sinon j doit reconnaitre que tu as du talent dans l'ecriture O_O.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 21:05

Merci =$ ça fait toujours plaisir a entendre. = ] j'écris énormément depuis très très très longtemps donc bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drunkenmaster

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 21:46

J'ai lu ton looooooooo... ...oooooong texte ! (histoire d'exagérer un peu xD). Je ne suis pas un grand fan de lecture non plus, mais j'ai bien croché à ton histoire. A peine débarqué dans le premier paragraphe, vlan, un mort. Sympa comme accueil.^^' Ensuite ça devient tout calme et tout beau, jusqu'au moment du bourdonnement dans la voiture.(j'vais pas cacher que j'avais un peu deviné le truc^^')

Aussi faut être bien concentré sur l'histoire pour bien comprendre qui est qui xD. Mais j'aime bien ce genre d'écrits ou tout le monde rejette la faut sur tout le monde. Et la fin... MAIS c'est quoi la suite ?! =D. Enfin comme l'a dit "Aka"** , tu as du talent pour écrire! Encore je tire mon chapeau. ^^'

**(désolé si je mais entre guillemets mais sinon il me met Aka Sama Sama... ><)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 21:49

haaaaan vous êtes trop gentils u_u

Merci =$

C'est clair que si tu suis pas c'est super dur a suivre, moi même jme suis perdue dedans en l'écrivant, parce que c'est vraiment super dur si tu fais pas de schémas pour l'écrire u_u

Et pour la fin...j'ai fais exprès une fin un peu en queue de poisson pour que les gens se questionnent =x en gros, l'autre se tappe sa demi soeur depuis longtemps quoi.

Bref c'était assez pas net mais j'aime bien x)

Sinon encore merci c'est super de se sentir soutenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drunkenmaster

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 21:52

Ouais j'avais bien pensé XD. L'est pas très nette la rousse... Enfin elle est intelligente, pour mettre sur pied un coup monté comme ça ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 21:53

Tu m'étonnes x ) n'empêche elle me fait bien rire cette fille, avec le coup du " je saute " jerry golay en l'écrivant x )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onimanta

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 21:54

Comme Bakatsuki des montagnes je n'ai lu que ta première histoire. J'aime bien ta représantation de l'enfer, en y réfléchissant je le vois plus dans le genre glacé que brulant le froid étant pour moi un signe d'effroi de mort etc. Quand on meurt on est froid on ne bouge plus, on est vide et ton texte représante bien cette idée de plus ta reine sombre est cool et rappel bien les ténébre de la nuit et du froid.

Franch'ment court mais bon texte, je lirai les autres dès que j'ai l'temp.


Dernière édition par Onimanta le Jeu 16 Avr - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Jeu 16 Avr - 21:56

Merciiiii c'est EXACTEMENT CA que je voulais montrer Wink
En tout cas contente que mes textes vous plaisent, a l'occas je mettrais des dessins a moi que j'ai fais.

Je ne suis pas une spécialiste du dessin, mais ceux là je les aime bien ^-^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yume

avatar


MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   Sam 18 Avr - 17:57

Voilà un dessin que j'ai fais il y a deux ans en cours de dessin u_u

Je l'aime beaucoup donc je le met = p j'en mettrais encore un qui contient plusieurs petits dessins ^-^






Ps : je l'ai fais en regardant mes mains ( jai pas mal galéré d'ailleurs ^^' )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les écrits de yume ( poèmes, histoires, textes de tous genre )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Souvenirs, émotions, beaux textes.....
» Foot en tout genres ( Anecdotes, vidéos, histoire, insolites, etc.. )
» beaux textes qui font réfléchir
» Medelise : Histoire ou petits textes comme ça
» des liens pour promo, se faire connaitre, partager ses écrits

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Midori Sen'jo :: Discussions :: Créations-
Sauter vers: