AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Anniversaire
Mer 7 Juin - 17:36 par Fougère

» NIFFF - Jojo's & Takeshi Miike
Mer 7 Juin - 17:32 par Fougère

» Je me souviens.
Mer 7 Juin - 17:30 par Fougère

» Elsa ou Marie Haldiman ?
Dim 16 Avr - 21:47 par Sam sama

» La métamatière et le Roi de la Terre
Sam 8 Avr - 11:58 par akatsuki-planta

» Ceci est mon jeu
Lun 14 Nov - 23:53 par illusion

» La métamatière, les élites et les gouvernants
Jeu 10 Nov - 16:23 par akatsuki-planta

» Les Manga et artbook/guidbook que Aka prete ou vend
Dim 26 Juin - 12:16 par pansa

» Polymanga 2016
Jeu 26 Mai - 15:05 par Velvet-U Aka WhisKim

Partenaires

Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 L'imaginarium du Dr. Crumble_Z

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crumble_Z

avatar


MessageSujet: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Dim 26 Sep - 2:37

Puisque tout le monde s'y est mis. Je vais balancer aussi

Voici donc un petit feuillet que j'ai écrit récemment pendant que je m'emmerdais en cours de physique (sur deux semaines donc =P).

Citation :

Et sur les ailes d’un rêve…

Il venait de pleuvoir. Les oiseaux gargouillaient, l’herbe verte encore inondée crissait parfois sous les pattes de chiens ou les semelles de leur maîtres. Un monde frais et pur s’offrait à tout un chacun. Les parapluies bleuâtres, verdâtres et grisâtres délavés par le temps, cédaient leur place à toute monture capillaire depuis le chapeau de paille jusqu’au bandana, tout en passant par la main d’un époux attentionné dans les cheveux de sa chère et tendre.

Si loin derrière la réalité…

En ce merveilleux dimanche d’automne, les acers rubrum du petit parc n’avaient rien perdu de leur incroyable rougeoiement tamisé. L’enclos était toujours savamment entretenu et son aménagement laissait planer une illusion de grandeur malgré la petite taille de l’endroit. L’harmonie des plants, fleurs et arbres s’accordaient parfaitement aux sentiers senteurs lavande et aux bancs couleurs nostalgie.

Sans repos et sans trêves…

Sans lumière et sans ombre, le monde était en renaissance. On ne saurait attribuer un bien pour un mal ou un versa pour un vice dans un instant tel que celui-ci. Les politesses devenaient hors d’usage, les sentiments obsolètes. En réalité, toutes notions quelconques devenaient désuètes.

Mes pensées s'envolent à tort.

Malheureusement, il existe toujours une opposition, un détail pour briser toute forme de summum. C’est la raison pour laquelle elle se trouvait là, séante, sanglotant et soupirant suavement sur ce banc. Les genoux ramenés en direction de son menton, ses pieds touchant son fessier, elle était vêtue comme par temps de froid. Sans veston, ni pépin, elle avait subi le précédent chagrin des nuages que mère soleil avait eu grand peine à calmer.

Derrière le miroir d’une perfection intangible…

Ses cheveux noirauds, et l’entier de son corps en vérité, étaient abondamment mouillés et ces premiers étaient devenus lisses et uniforme, donnant l’impression d’une calme cascade d’encre. L’on n’osait imaginer le poids de ses vêtements imbibés ainsi que celui de ses larmes. Oui, elle pleurait à chaudes larmes en l’Alaska de son esprit. Une unique en vie la maintenait, envie.

Je n'aurai pour cesse de vagabonder…

Posé entre ses genoux et son menton, un petit cahier de cuir avait également pris la pluie pour ami. Les pages se collaient entre elles et l'encre se détrempait sur les pages, coulant sur son pantalon. Son récit n'était qu'un solide cube d'eau. Elle avait à ses côtés un flacon d'encre qui s'était empli à nouveau par lui-même à l'aide de la pluie, du maquillage et d'un écrit évasif. Sa plume noire effrénée venait s'y baigner et sa main tremblotante repartait vers son bloc-notes.

Traquant toujours la même cible…

Elle ne se souciait plus de rien, seules ses lettres comptaient. Transposer l'entier de son âme sur quelques pages, voici la tâche qu'elle accomplissait. Le grattement de sa rémige était son seul accompagnement. Les pages humides se déchiraient sous la pression toujours plus forte des ses sentiments. Quand bien même un rayon de soleil perça, elle resta dans l'indifférence la plus totale. Son monde n'était plus que caractères manuscrits et diverses ponctuations à présent.

L'amour, la peur, l'euphorie, la mort.

Refermant sa propre personne sur elle-même, elle tomba sur le banc. Elle était alors à la portée du premier passant la remarquant. Pour autant que celui-ci aime les histoires, il rebouchera le flacon qu'il enfilera dans sa poche et la prendra dans ses bras. Il sentira à travers son corps l'immensité vécue des ces quelques pages. Et tout en la chérissant, les premières paroles qu'il recevra venant d'elle, seront ces quelques mots:

"Au prix de mon mépris, j'ai enfin obtenu ce qui m'était dû. Car il est toujours trop tard lorsqu'on réalise la valeur d'un être."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velvet-U Aka WhisKim

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Dim 26 Sep - 14:55

Tu as un style complexe et assez recherché, attention néanmoins à ne pas utiliser des mots peu communs juste pour en utiliser (enfin je ne crois pas que ce soit le cas mais c'est une erreur qu'on fait de temps en temps, moi le premier). J'aime bien aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shuu

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Dim 26 Sep - 15:03

J'en suis complètement... retournée.
Pourquoi toujours une noiraude ?
Je me le demande bien...

Néanmoins, j'ai trouvé le tout bien mené du début à la fin... je sais que les mots "peu communs" ne sont pas utilisé pour être utilisé... c'est ton langage et quel beau langage. La mise en page est peu commune aussi. Bref, du Gabriel tout craché.

Citation :
Elle ne se souciait plus de rien, seules ses lettres comptaient. Transposer l'entier de son âme sur quelques pages, voici la tâche qu'elle accomplissait. Le grattement de sa rémige était son seul accompagnement. Les pages humides se déchiraient sous la pression toujours plus forte des ses sentiments. Quand bien même un rayon de soleil perça, elle resta dans l'indifférence la plus totale. Son monde n'était plus que caractères manuscrits et diverses ponctuations à présent.

Bouleversant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheB0GH

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Dim 26 Sep - 15:16

UN détail qui m'a gêné, LE soleil est le plus souvent personnifié comme étant un être masculin... c'est tout...

Sinon, ton texte est très intéressant, assez complexe, certes, mais inspiré et plutôt bien réussi Smile

Tu utilises de belles images - comme la cascade d'encre - et le plantage du décor bien sympa.

Un prochain texte bientôt, nous espérons - Yoda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crumble_Z

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Dim 26 Sep - 16:09

Velvet-U a écrit:
[...]attention néanmoins à ne pas utiliser des mots peu communs juste pour en utiliser (enfin je ne crois pas que ce soit le cas[...])

Euh, bah.... La clé de ma réussite, mon inséparable dictionnaire de synonymes. Un objet incroyable auquel je tiens beaucoup et qui m'aide énormément... Je n'aurai pas le vocabulaire que j'ai sans cet objet magique sinon^^...

Acer Rubrum = Erable rouge... Mais je l'ai pas utilisé sinon ca faisait répétition avec rougeoiement, et ça pousse à développer un champ lexical sur cette couleur, ce que je ne voulais pas. Et faut pas être spécialement doué pour deviner qu'il s'agit d'un arbre =P

Rémige = Plume à plume d'oiseau... On à tous appris ça en cours de français un jour ou l'autre.

le reste = Merci mon dico-syno^^, mais je prends la remarque de manière constructive... C'est vrai que j'ai peut-être un peu exagéré sur ce coup, mais ça en valait la peine je pense

Shuu-Chan a écrit:
Pourquoi toujours une noiraude ?
Je me le demande bien...

Ah, une question facile... Si elle était blonde, je vois mal comment remplir le flacon d'encre. Un texte ça se travaille, et faut tenir compte du contexte... L'encre blonde, ça doit pas être terrible.

Mais ce n'est pas la raison. La vérité est que le personnage féminin récurrent de mes écrits est noiraude, et se prénomme "Sylfäe". Elle est de taille moyenne, relativement mince, et possède toujours une étincelle d'eau à mer [<== Merci B0^^] dans l'oeil gauche, même dans la joie et la bonne humeur, qui sont des états d'âmes qu'elle ne revêt que peu souvent. Mais t'inquiètes pas, ce personnage, tu le croiseras plus d'une fois =P

B0 the Guitar Hero a écrit:
UN détail qui m'a gêné, LE soleil est le plus souvent personnifié comme étant un être masculin... c'est tout...

Ah, mère soleil? Oui en effet, je dois avouer que j'ai beaucoup hésité sur la question. Après avoir personnifié les nuages, j'ai voulu en faire de même avec le soleil, mais il fallait pour cela lui trouver un rôle et le soleil possède moultes attributs féminins. Mais je t'accorde qu'il s'agit là d'un point à retravailler, je suis tout à fait d'accord avec toi. (Sauf si c'est pas de ça que tu parlais Wink )

Velvet-U, Shuu-Chan et B0 the Guitar Hero a écrit:
- [...]inspiré et plutôt bien réussi.
- J'en suis complètement... retournée.
- J'aime bien aussi
- Bouleversant
- Tu utilises de belles images

Merki les amis =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TheB0GH

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Mer 29 Sep - 22:09

Crumble_Z a écrit:
possède toujours une étincelle d'eau à mer [<== Merci B0^^]

À ton service, Elvis afro

Sinon, je vois maintenant assez bien la référence que tu fais à Dragonforce dans ton texte (ça éclaircit certains points) sinon, j'aimerais savoir où t'as trouvé les paroles, parce que j'ai trouvé une version où le couplet ne correspond pas... Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crumble_Z

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Jeu 30 Sep - 18:07

Juste la première phrase (comme dit ce matin)... La phrase qui m'a inspiré

[And on the wings of a dream, so far beyond reality Arrow © Dragonforce]

Le reste est de moi, bien entendu =P, je n'ai pas pris le couplet entier^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crumble_Z

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Jeu 11 Nov - 19:45

Bah...: Voila le début de quelque chose que j'écrit à l'arrache sans savoir vraiment ou je vais l'emmener... J'espère que ça vous plaira =P

Note: Sylfäe est donc une jeune fille que l'on peut supposer entre 15 et 20 ans. Bien que l'âge importe peu. Je dis ça à cause d'une remarque qu'on m'a faite =P
Et le terme "voie astrale" est souligné car je ne suis pas satisfait de la tournure de la phrase mais j'ai laissé sa correction en suspens... Voili voilou

Citation :

Un truc à l'arrache =D

La porte claqua bruyamment dans la profondeur de la nuit. Pas une étoile au-delà de l'horizon. Même la lune se cachait. Sylfäe sortit précipitamment de la maison avec une étincelle de tristesse dans les yeux. Pourquoi devait-elle toujours subir ? Pourquoi la trouvait-on différente ? « Tu devrais te mêler un peu », lui répétaient sans cesse ses parents. Elle n’avait aucune raison de faire semblant d’apprécier sa famille. Un entourage imposé qu’elle n’aurait probablement jamais voulu connaître si elle avait pu imaginer ne serait-ce que quelques secondes qu’elle deviendrait ce qu’elle est aujourd’hui. Pour la jeune fille aux cheveux noirs d’aniline, c’était ses parents qui étaient différents. Il était plus que logique pour l’enfant de ne pas avoir vécu l’existence de ses parents. Il n’y avait pas besoin d’être un génie pour savoir que leurs parcours étaient dissemblables et le seraient encore. Pourquoi ne pensaient-ils pas comme elle, après tout ? Pourquoi adoptaient-ils toujours ce ton hautain laissant sous-entendre qu’elle n’avait aucune expérience de la vie ? Pourquoi lui conseillaient-ils de vivre des mêmes plaisirs dont-ils avaient vécu étant plus jeunes ? Mais bien sûr, l’esprit furtif de la jeune fille savait pertinemment qu’il n’y avait aucune raison que sa voie astrale soit calquée sur les sentiers battus de ses ascendants. L’amour des lettres et les amis comptaient plus que tout pour Sylfäe. Les livres étaient toujours un refuge quand le besoin s’en faisait sentir et elle savait que parmi ses amis, personne ne la trahirait jamais. Elle savait en qui avoir confiance car ami n’était pas à confondre avec copain. Cependant, ce soir-là, pour la première fois, elle doutait.

Après de longs sermons proférés par ses parents, auxquels seuls de discrets hochements de têtes et de faibles approbations faisaient écho, de drôles de pensées avaient surgi dans sa tête. Cela ne lui ressemblait pas, elle était entièrement incapable de se retrouver dans ce flot d’aberrations mentales. Ses sentiments tournaient manège dans son ventre. Abstrait, concret, absolu et néant n’avaient à présent plus aucune signification. Tout s’était passé très rapidement et avait figuré malgré tout, clair comme de l’eau de roche dans son esprit, mais cet instant lui avait tout de même semblé infiniment long. L’instant ou elle décida de tout plaquer.

Abandonner, voilà la solution pour laquelle elle opta en cette froide nuit d’automne. Sa famille n’était probablement pas une grande perte. Peut-être allait-elle revenir sur cette décision prise en toute indifférence et inconscience sur un seul instant. Cela, nul sauf le temps n’aurait su le dire. Cependant, et ce bien que de grosses larmes perlaient sur ses joues, le regard de Sylfäe n’avait jamais été autant déterminé. Posture droite, vêtements chauds, tête haute, vive allure, grandes jambes, mains en poche, elle errait sans but dans la première direction qui lui était passée au travers de la tête. Tant qu’elle s’éloignait de la source de ses problèmes, tout irait pour le mieux. Regard foudroyant, attristé, électrique, noyé, candide, vide. L’on n’aurait su définir précisément ses traits faciaux. Tout était si amorphe en ce moment, autant son physique que son caractère ou encore ses pensées. Les étoiles et la lune n’étaient toujours pas revenues, comme si elles craignaient des représailles de l’enfant. Le ciel noir d’encre était lourd, les cris des corbeaux dans l'incurable silence de cette nuit étaient glauques, et l’aura des sentiments mêlés qui planaient alentours de la chevelure noire d’aniline était malsaine.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crumble_Z

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Mar 23 Nov - 0:04

Triple Post, My bad
(Circonstance atténuante: Intervalle de temps)

Donc voila. Une simple allitération en v/s que j'ai rédigé pendant que je m'emmerdais je me désintéressais du cours d'allemand

Citation :

Versa avait un vice volatile vissant sa volonté. Le vice de Versa versa vers sa déviance et Versa vit ce vil vice s'envoler.


Dernière édition par Crumble_Z le Mar 23 Nov - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shuu

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Mar 23 Nov - 10:58

Ha-ha. Pas mal pour vice-versa ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam sama

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Lun 6 Déc - 22:02

franchement j'aime bien et au moins toi tu fais quelque chose de potable quand tu désintéresse du cours d'allemand !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crumble_Z

avatar


MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   Jeu 10 Mai - 14:27

Je sais, je suis pas original. J'écris toujours dans le même ordre d'idées mais bon....
Que voulez-vous, il faut de tout pour faire un monde.

Oh, et comme ces temps, j'aime beaucoup la balise "spoiler" qui permet de gagner en place, je vais cacher ma petite histoire la dedans, hop !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'imaginarium du Dr. Crumble_Z   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'imaginarium du Dr. Crumble_Z
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'imaginarium du Docteur Parnassus, critiques spectateurs!
» " L’Imaginarium du Docteur Parnassus "
» L'imaginarium du Dr Parnassus : SPOILERS - Votre avis
» L''Imaginarium du Docteur Parnassus
» Comic Cars Imaginarium

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Midori Sen'jo :: Discussions :: Créations-
Sauter vers: